CLINIQUE PSYMEDICIS
ONCO-PSYCHOLOGIE, PSYCHOLOGIE DE LA SANTÉ, NEUROPSYCHOLOGIE.


  Contactez-nous : (514) 663-7796

Tous les articles de la catégorie: Cancer

Composer avec le cancer durant le temps des fêtes.

Vivre avec le cancer durant le temps des fêtes : suggestions pour cultiver la vie.

Le temps des fêtes est un temps dans l’année généralement associé à des idées de joie, de bonheur, de réjouissance, d’espoir, de renaissance et d’amour. En contrepartie, ce temps est aussi synonyme de stress et de tension. De par les traditions culturelles et sociales de notre société, le temps des fêtes est souvent le lieu d’une préoccupation constante quant à la planification des réceptions, de l’achat des cadeaux, de l’élaboration des menus, de l’anticipation des réunions familiales, etc. Le temps des fêtes est aussi un moment où l’on se remémore les souvenirs d’enfance (les fêtes d’antan, les repas traditionnels, la musique, etc.), où l’on fait un bilan de notre dernière année et que l’on établit nos souhaits et résolutions pour l’année à venir. Pour tous et chacun, le temps des fêtes est donc souvent empreint d’émotions intenses et contradictoires allant de l’excitation, à la joie, à l’anxiété, à la tristesse et au bonheur.

En savoir plus
Que ce soit de composer avec le cancer, avec un défi de santé (préparation à une chirurgie, douleur, décision médicale), avec une défi d’ordre neuropsychologique ou avec tout autre défi de vie (stress envahissant, anxiété, dépression), nous vous accompagnerons.

Difficultés cognitives et cancer

De retour au travail et la tête comme un nuage. Après avoir mis autant de cœur dans le suivi des traitements, je me suis dit : « Enfin, tout est terminé, tout va redevenir normal ». Et pourtant!

Vous êtes de retour au travail et votre mémoire joue à cache-cache avec vous. Vous êtes en conversation avec les collègues, vous savez exactement ce que vous voulez dire, mais le mot précis se cache quelque part dans votre tête. Vous perdez le fil de vos idées, vous avez de la difficulté à suivre une conversation. Vous, si fort en planification, vous ne vous retrouvez plus et avez l’impression d’être moins efficace qu’avant. Vous oubliez un rendez-vous avec un client, le nom d’une personne, d’aller récupérer quelque chose d’important. Vous commencez une tâche et puis votre attention se dirige vers une autre, et puis encore une autre, etc. Votre patron vient tout juste de vous demander d’accomplir une tâche, et pourtant vous n’avez aucune idée de ce que cela pouvait bien être. Tout simplement, vous avez l’impression que votre cerveau s’est mis à la vitesse « tortue à reculons », que votre attention varie au gré des événements, que votre tête est comme un nuage.

En savoir plus
Changer notre regard sur le cancer

Changer notre regard sur le cancer

Je souhaite à chaque personne touchée par le cancer : de vivre ce défi de santé à sa façon, en cultivant l’espoir.

Si l’utilisation de métaphores guerrières (arsenal thérapeutique, traitements de première, deuxième lignes, attaquer, tuer les cellules, vaincre le cancer, éliminer, éradiquer, se battre, ne pas se « laisser avoir », gagner la bataille, perdre le combat, etc.) est présente depuis tant d’années en oncologie, c’est que professionnels de la santé et patients ont tous à cœur un seul but : vivre. Or, oui il est vrai la cellule cancéreuse peut induire la mort physique, et ce, parfois beaucoup trop tôt, beaucoup trop vite, de manière inattendue, bref jamais à un bon moment. Et pourtant, composer avec le cancer, c’est aussi de vivre.

En savoir plus
Le diagnostic de cancer : un-defi-emotif.

Le diagnostic de cancer : un-defi-emotif.

Le verdict est tombé : « Vous êtes atteint d’un cancer ». Réaction: « Pourquoi moi? Comment je vais l’annoncer? Que va-t-il m’arriver ». La personne touchée essaie de composer émotivement avec la nouvelle.

Le mot « cancer » continue d’être un mot effroyable, tabou, synonyme de mort. Dans notre société, le cancer est généralement perçu comme la maladie mortelle du 21e siècle. Il est vu comme un ennemi invisible, celui que l’on doit éradiquer. Il y a dans ce mot l’idée d’un mal intérieur, la croyance d’en être responsable, la conception d’un mal incurable, non contrôlé par la médecine.

En savoir plus